Philosophie (1) - Outside in, du Monde à moi

Comme l’affirmait Jean Rostand, « La technologie a fait de nous des dieux avant de faire de nous des hommes ». S’il avait eu conscience de la profonde vérité de ses mots, aujourd’hui, 40 ans après nous en avoir laissé l’héritage, que dirait-il ? Probablement réaffirmerait-il que notre technologie a écrasé notre humanité.


À l’heure où nous partageons ces lignes, sonne le glas du monde tel que nous le connaissons. Le XXIe siècle est amené à éponger les dettes du succès de l’homme au siècle passé. Le XXe siècle, cet âge d’or de la déraison humaine, a donné lieu à ce que certains appellent déjà, loin sans faux, la « 6e extinction ». Ce siècle a connu la profusion des connaissances et des moyens mais aussi la confusion des intentions, nous rendant technologiquement forts, mais culturellement faibles.


Nous avons assisté au cours de ce siècle à une véritable désynchronisation entre la Science et la Conscience. Parlons de schisme, osons le mot, tant le moyen est devenu la fin, un dogme à part entière, celui du progrès technologique. Il a pris une place telle qu’il nous devient impossible de le contrôler. Il nous dépasse, peu à peu, changeant la nature même de nos rapports avec l'autre, avec la Nature, avec le Temps lui-même. Nous avons créé les outils, tant d'outils... et nous ne savons plus quoi en faire ou comment les utiliser. Nous avons perdu le sens de notre action.


Aujourd’hui, l’énergie fossile, pierre angulaire du développement technologique humain, se raréfie. La base, soi-disant solide qu’elle a créée, s’érode peu à peu ouvrant des brèches environnementales sans précédent. Le « médicament », usé à trop forte dose, est devenu poison.


Les conséquences sont alarmantes. Plus de 60% des écosystèmes mondiaux sont gérés de manière non durable, générant plus de 140 milliards de tonnes de déchets. Nous bouleversons nos standards géologiques, nos équilibres biochimiques. Nous modifions le fonctionnement des océans et changeons la surface de la Terre, à coups de dévastation forestière, nous développons des activités basées sur la monoculture intensive, destructrice pour de nombreuses espèces vivantes et végétales. Le plastique est officieusement devenu un continent à part entière. Entre 1980 et 2010, l’activité humaine a éradiqué 40% de la biodiversité animale terrestre, 39% de la biodiversité marine d’eau salée et plus de 75% de la biodiversité marine d’eau douce selon les chiffres du WWF. Le réchauffement climatique, un simple degré, étend le désert saharien de 20 km/an, fait fondre des glaciers en moins de 20 ans (Shrinking – Alaska) et assèche des lacs, source de vie, dans des pays asiatiques tel que le Kazakhstan.


Cette vision, sur base d’arguments brièvement dépeints, pourrait être qualifiée de pessimiste. Or, ne constate-t-elle pas seulement des faits, concrets, tangibles, au regard de l’action humaine et de ses effets ? Pour ma part, cette vision, je l’accepte comme un fait, une donnée avec laquelle il faut désormais composer. J’y vois une opportunité. L’opportunité, constructive, d’agir sur les faiblesses et les manquements de l’homme. L’homme en tant qu’espèce, mais d’abord de l’homme en tant qu’individu. L’homme en tant qu’acteur individuel du bien-être collectif.


Je suis intimement convaincu qu’un seul individu peut faire la différence. S’il incarne profondément des valeurs altruistes, s’il rompt avec son aveuglement du succès par la possession et s’il est aligné avec lui-même, s’il est bienveillant dans ses mots, ses actes et son attitude, le poids d’un individu est déterminant. Nombreux sont les exemples qui nous ont été transmis par l’Histoire. Prenons Jésus par exemple, Le Bouddha, Socrate, Gandhi ou plus récemment Nelson Mandela ou Greta Thundberg.


Comme le disais très justement Diogène à son époque, et nous mesurons chaque jour l’actualité de son précepte antique, « les choses nécessaires coûtent peu, les choses superflues coûtent cher ». D’aucuns diraient aujourd’hui, cette vision, sans remise en cause de ses fondements, nous coûterait le Monde.


2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout